Accueil > Comment mettre en place et réaliser un bilan de compétences ? > Tout comprendre au bilan de compétences quand on est au chômage

Tout comprendre au bilan de compétences quand on est au chômage

La période de chômage est tout à fait encline à nécessiter, de la part du travailleur sans emploi, un bilan de compétences. Cependant, lorsque l’on est demandeur d’emploi, les dispositions sont différentes de celles que l’on rencontre quand on est salarié.

Il faut tout d’abord prendre conscience que chaque cas de prise en charge est différent, et ainsi, il faudra commencer par se demander dans quel cadre exact on se trouve. Les trois types d’accompagnement sont bien distincts, et les possibilités offertes le sont donc également.

La recherche d’emploi : une période de remises en question

Le fait de perdre son emploi, quelles que soient les circonstances génère donc un besoin de se remettre en question sur le plan professionnel, surtout si l’on a du mal à retrouver un poste dans son secteur d’activité usuel. Il pourra être nécessaire de découvrir quelles sont vos compétences cachées, celles qui pourront vous mener vers d’autres bords professionnels où les débouchés seront peut-être un peu plus nombreux.

Dans le cadre du chômage, on distingue également deux formes particulières de bilan de compétences, réalisées exclusivement dans le cadre de l’accompagnement vers le retour à l’emploi, qui se distingue par des besoins bien particuliers, différents de ceux qui sont formulés par les salariés bien sûr. On est là dans l’urgence de retourner sur le marché du travail.

clavier

Chômage : quels types de bilans de compétences spécifiques ?

Vous pourrez ainsi distinguer deux bilans de compétences spécifiques pour les personnes à la recherche d’un emploi. On trouve l’ECCP, également appelé l’évaluation des compétences et des capacités professionnelles, ainsi que le BCA, qui n’est autre que le bilan de compétences approfondi, mais qui a été abrogé en novembre 2011, puis remplacé par le CAP projet professionnel.

Quoiqu’il en soit, prenez le temps durant cette période d’inactivité de faire le tour de ce que vous savez faire, et de ce que vous aimeriez apprendre à faire. Peut-être que des vocations pourraient naître de ces questionnements et vous mener vers de nouvelles activités professionnelles mieux adaptées à votre personnalité, ainsi qu’au contexte actuel de l’emploi.